Imprimer cette page

Bali

Bali - le 22 mars a 12h34

Apres la folie commerciale de Hong-Kong, on retrouve tres vite nos reperes pris durant nos 3 mois passes en Asie du Sud Est. A peine sorti de l'aeroport, nous avons plein de nouveaux amis qui nous proposent tous de nous emmener en ville pour un prix defiant toute concurrence... Mais bien sur, et la mormotte elle prend le taxi ???
Ne nous laissant plus avoir de la sorte, et apres avoir fait une rapide etude de marche des taxis et autres bemos (transport en commun local), on monte dans un bemo qui nous emmene dans ce qu'on pense etre le "centre ville" de Kuta.

La ville de Kuta, c'est en fait une immense plage bercee par ses hotels de luxe, ses restaurants plus ou moins chics (mais tous assez chers), ses MacDo (dont on voit l'enseigne lumineuse de la plage bien plus surement que l'on apercoit le volcan...), ses magasins d'artisanat, et bien entendu ses innombrables magasins de vetements et accessoires de surf. A cote de cela, on trouve un labyrinthe de toutes petites rues ou s'entrecroisent tres difficilement les gros 4x4 et les mobilettes equipees de leur planche de surf sur le cote (si si, c'est possible).
Donc une fois que l'on a compris que la minuscule ruelle devant laquelle on est passee avec nos sacs a dos etait en fait la grosse rue indiquee sur notre plan, les choses sont devenues plus faciles pour trouver une Guest House.

Ne souhaitant pas faire comme 95 % des touristes qui viennent sur l'ile, nous feropns un tour de l'ile par nos propres moyens, ce qui signifie un moyen de locomotion. Toutes les personnes rencontrees dans les differents offices du tourisme de la ville (il y en a un a tous les coins de rues, et tous vendent leurs propres tours...), nous partons a la recherche d'une location de voiture. Une nouvelle fois, il semble que tous les habitants qui ont une voiture personnelle soient des loueurs de voitures potentiels, ce qui nous facilite grandement la tache... Nous voila donc parti des le lendemain dans notre sublime Toyota Kanja (si si, ca existe), espece d'enorme veau en forme de 4x4, a la decouverte de cette belle ile. Bon... tout d'abord, la check list: ici, on conduit a gauche, donc les rond-points, on les prend aussi par la gauche, et les priorites tout pareil. En somme, tout est inverse... Une fois ces menus details verifies, on se lance dans le grand bain, et bientot, on est confronte a la dure realite des routes: les mobilettes doublent a droite comme a gauche, et les panneaux qui sont censes nous indiquer les directions, et ben... on ne les comprend pas trop. Du coup, l'improvisation devient une element essentiel de la decouverte de l'ile: on ne trouve pas la route pour aller au temple Pura Taman Ayun, pas de probleme, je viens de trouver la route pour le temple Pura Tanah Lot, allons-y...

On arrive a peine a ce superbe temple qui donne sur la mer, que l'on voit deja une procession tres impressionante : des dizaines et des dizaines de personnes, toutes en blanc, et accompagnees d'une fanfare, "defilent" devant nos yeux ebahis pendant pres d'un quart d'heure. Ils venaient de faire des offrandes aux dieux de la mer. La visite des temples etant interdite au plublic, nous nous contenterons de les voir de l'exterieur. L'architecture balineene est un melange de gros volumes imposants et de details tres fins dans les decorations. Le resultat est plutot tres agreable a l'oeil. Le temple se trouve sur une plage de sable noir, directement dans la mer, et a etait fait pour que depuis ce temple, on puisse voir par temps clair le temple suivant plus au nord et celui plus au sud. Bon, nous on ne les verra pas, mais il faut croire les legendes urbaines.

Alors que notre maitrise de la route, de la voiture et des panneaux indicateurs ne cesse de se perfectionner, nous nous dirigeons vers Medewi pour y passer la nuit. Medewi est semble-t-il l'un des hauts lieux du surf a Bali, principalement frequente par les afficionados qui sont sortis de Kuta (et il ne semble pas en avoir beaucoup), et les locaux.
Medewi semble encore plus petit que ce que la carte et les dires nous laissaient entendre: une seule rue (de la route principale a la plage), 4 hotels / guest house et... rien d'autre. Notre choix est vite fait, notre Guest House sera la moins chere, la plus inacessible (uniquement par la plage de galet, par maree montante, avec les sacs a dos et de nuit... pas evident), mais surement la plus sympa. La vue le matin au reveil depuis le balcon est tout bonnement magnifique. La mer bleue turquoise, de bonnes vagues agitent un peu la mer et les surfeurs semblent s'en donner a coeur joie, et les bateaux des pecheurs ajoutent une touche de couleurs a ce tableau deja idyllique. Bon etant entoures de surfeurs (dont un couple francais), l'heure est a la perfection de nos termes techniques. Apres avoir bien compris les bases, nous pouvons desormais parler avec assurance de ce sport qui a l'air sympa, mais pas forcement accessible a tous rapidement, bien sur, il faut tout meme compter sur une bonne gauche, un leech solide, faire attention aux baines, et plein d'autres trucs dont nous n'en avons pas saisi un seul mot...

Nous laissons derriere nous la cote et ses paysages marins, pour remonter dans les terres ou les paysages se verdissent avec l'apparition des rizieres et des grandes forets. Le paysage plus montagneux oblige a faire les rizieres en cascades, se qui est un ravissement pour nos yeux.

Les routes deviennent par la meme occasion plus pentues et plus etroites, et moins frequentees. Nous passons sous le celebre arbre dont les racines forment un pont au dessus de la route. C'est l'une des nombreuses curiosites de cette belle ile.

Excursion sur le volcan - le 18 mars


Nous remontons vers les volcans ou nous comptons y faire une ascension: le mont Gunung Batur qui culmine 1717 m qui est encore en activite. Plusieurs erruptions ces dernieres annees avec des grosses coulees de lave ont faconne le paysage. D'un cote des forets toutes vertes, et de l'autre, de grandes plaines toutes noires, au milieu le volcan, et juste derriere, le lac. Le tableau est superbe.
L'ascension du volcan dure pres de 7 heures et pouvoir profiter de la vue au lever du soleil, il nous faut partir a 4h du matin. Du coup, faisant une bonne partie de l'ascension de nuit et nous ayant fortement conseille de prendre un guide, nous passons par la "mafia" des guides locaux (mafia car ils sont les seuls habilites a pouvoir grimper en haut, ce qui oblige quasiement tous les touristes a passer par eux...). Oups, ca fait un lever a 3h30 ca !!!
L'ascension de nuit du volcan est tout d'abord une simple marche ou ne voit pas grand chose, mais au fur et a mesure que nous arrivons vers le point de vue du lever du soleil, la vue devient de plus en plus belle. A quelques minutes du lever du soleil, nous nous hatons d'arriver pour avoir la meilleure vue possible. Bon, il y a deja pres de 40 touristes qui sont la lorsque nous arrivons, et il faut "jouer" un peu des coudes pour se trouver un spot pour contempler le lever du soleil. Mais apres tout ces efforts, nous sommes tres fortement recompenser par la vue qui s'offre a nous.
Le lever du soleil sur le lac en contre-bas du volcan, par un matin avec quasiment aucun nuage et le mont le Gunung Agung (le mont sacre de l'ile vers lequel tous les temples sont tournes) derriere est un vrai ravissement pour les yeux (et nos appareils photos...). Les couleurs passent par toutes les phases de l'arc en ciel, et meme peut etre d'autres, et tout ca en se refletant dans le lac... La de nombreux touristes redescendent directement, alors que nous continuons a monter, de jour cette fois ci, pour atteindre le point le plus haut du volcan, et longer les cretes qui le bordent. En contre-bas, on peut apercevoir de ci de la des fumeroles qui s'echappent des entrailles de la terres, ce qui ajoutent encore a la beaute des lieux. Le petit dej se fera au sommet, avec les bananes et des oeufs cuits directement dans les fumeroles (c'est sympa, mais est-ce bien hygienique tout ca ???), avant de redescendre.

Le Nyepi - le 19 mars


De retour a notre gsuest house vers les 11h30, nous mettons les voiles pour notre camp du soir ou nous voulons arriver avant 16h. En effet, le 19 mars, c'est le nouvel an balineen, le Nyepi, et la veille des processions de Ogoh-Ogohs ont lieux dans les villes et villages. Les Ogoh-Ogohs sont des grosses statues de monstres et autres demons faites en papier maches avec des armatures de bambous qui symbolisent les mauvais esprits. Ces statues sont alors transportees dans les rues durant un spectaculaire carnaval, avant de terminer brulees afin de s'exorciser des demons. On avait vu le long des routes et dans les villages la construction de ces statues, mais la fete du soir, et egalement la competition car il y a des prix sur les plus beaux Ogoh-Ogohs, semble vraiment un must. Le jour du Nyepia Bali est appele le jour du silence: tous les mauvais esprits arrivant sur l'ile le premier jour de l'annee, ils ne devraient rien trouver sur leur passage et rien entendre, ils se diraient alors que l'ile est abandonnee et rentreraient chez eux (c'est pas fute un mauvais esprit quand meme...). Du coup, le jour du Nyepi, on n'a pas le droit de sortir de chez soi (ou de l'hotel), pas le droit d'utiliser le telephone, encore moins d'allumer la tele ou autre radio (et encore moins de fumer!), et normalement meme les lumieres devraient etre eteintes (mais bon, dans l'hotel, on a une "derogation" jusqu'a 21h).
On a donc opte pour se trouver un bon hotel en bordure de mer pour passer ce jour off, et apres notre petite ascension du matin, nous nous depechons d'aller vers Amedh (la on trouve les plus belles plages et les plus belles plongees de l'ile parait-il). Une fois installes dans notre "prison doree", nous allons a quelques kilometres de la pour la plus grande concentration de Ogoh-Ogohs du coin. Et on ne nous avait pas menti, c'est vraiment extraordinaire a voir. Il y a tout d'abord les processions ou les femmes portent les offrandes aux dieux sur la tete; en general, ce sont des paniers de fruits, viande (on a meme vu des poulets rotis...) et autres legumes, et des fleurs, et les hommes qui font la fanfare. Tous semble bien encadre par la "police religieuse" qui veille a ce que tout se passe bien. 
A la tombee de la nuit, les premiers Ogoh-Ogohs font leur apparition. Ils sont transportes par une vingtaine de personnes, qui les mettent veritablement en scene et font un vrai numero avec. Ils courent, s'arretent, font des tours sur eux meme avant de repartir de plus belle. Tout ca dans une ambiance tres festive et en musique grace a la fanfare qui accompagne le defile. Ca rappele un peu les chars que nous faisions en France il y a quelques annees, ou meme les fallas espagnoles de Valence (a un moindre echelle toutefois). Le tout fini dans un grand feu de joie ou toutes les statues sont brulees...

Le lendemain, comme promis, nous sommes cantonne a notre hotel qui donne directemnent sur une plage magnifique. La journee est salvatrice pour nos petits corps meurtris par l'excursion de la veille, et est l'occasion de faire un peu de lessive (et oui, ca nous arrive), d'ecrire un peu, de quelques parties endiablees de JungleSpeed et de faire un peu de bronzette (conprendre sieste...) sur la plage. Ayant pris soin de prendre des masques, des palmes et des tubas la veille, nous nous aventurerons a faire un peu de snorkeling au bord de la plage qui nous revelera combien les fonds sont habites par des poissons de toutes formes et de toutes les couleurs. Des petits bleus tout vifs au gros multicolores a la machoire deformee a la Shwarzi, on a droit a tout, c'est un regal pour les yeux. Le lendemain, ayant bien berne les mauvais esprits qui sont repartis brodouille (le gens du bouchonnois ont une autre expression pour cela), nous reprennons la route de la cote pour redescendre sur Kuta en faisant un arret a Ubud. Cette ville qui se veut etre le haut lieu de l'artisanat local ne nous laissera pas un souvenir imperrisable, si ce n'est que le repas etait plutot tres bon (et comme tout lieux touristiques, tres cher).

Gili Air - le 24 mars a 17h43

La voiture sera rendue a son proprietaire en bonne et due forme, et nous prenons le lendemain la route pour Lombok. Leve a 6h30 pour ce qui sera presque une journee entiere de voyage a coup de minibus, gros ferry (qui tangue plus que de raison), un peu de marche a pied, pour finir enfin sur une mini barque d'une quinzaine de personne qui nous emmene a notre destination finale, l'ile de Gili Air, au nord ouest de Lombok. Gili Air est une ile de 1 km sur 600 m, compte pas moins de 1500 habitants repartis entre le village qui est au centre de l'ile, et les quelques habitations et "hotels" qui bordent la cote est de l'ile. L'ile n'ayant pas de route, il n'y a ni voiture, ni mobilette, donc les seules nuisances sonores de l'ile sont liees au bruit des vagues et aux oiseaux, trop dur ! Notre Guest House est tenue par une famille qui est aux petits oignons pour nous, et donne directement sur la plage. Pour ce qui est de l'endroit, c'est un vrai petit paradis... Pour ce qui est du temps, on aura un peu moins de chance, et se rappelera bien vite que le Nyepi est cense coincide avec la fin de la saison des pluie... enfin, en theorie. Sur les 4 jours que nous passerons sur l'ile, nous en aurons deux complete de pluie et les deux autres mitigees. Cela ne nous empechera de savourer pleinement notre "retraite" dans cette ile coupee du monde, ou les seuls vehicules que nous voyons sont des velos ou des chariottes tirees par des chevaux!

Bon, les activites de l'ile sont assez restreintes quand meme, et une fois que l'on en a fait le tour (et ca va assez vite), et qu'on s'est baigne dans l'eau a 28 degres, il ne nous reste plus qu'a siester dans les hamacs au bord de l'eau en sirotant un bon banana shake. Pym en profitera pour faire de la plongee et voir tout pleins de poissons les plus exotiques les uns que les autres, et surtout une grosse tortue et un requin (la classe !). Sly et Fil feront du snorkeling et verront pas mal de poissons tout barioles egalement.

 

BALI: ON T'AIME, ON T'AIME PAS, mais quand meme on t'aime :

On aime:

- La bonne humeur des Balinais
- Les paysages magnifiques de l'ile
- L'ile de Gili Air et son cote "coupee du monde"
- Feter le Nyepi et ses Ogohs-Ogohs
- Les "Nasi-gorengs" et autres "Mie-Gorengs"

- Escalader les volcans au lever du soleil


On n'aime pas:

- La saison des pluies et ses pluies diluviennes
- Conduire dans les micro-rues de Kuta

- Etre oblige de prendre un guide (assez cher) pour escalader les volcans











 


Previous page: Hong Kong
Next page: Australie