Imprimer cette page

Vietnam

HUE - le 13 Fevrier 16h47

Il est des voyages qui forment un homme, et d'autres qui déforment un Zozo : 15h de bus pour passer du Laos au Vietnam. Certains diront que ce n'est rien, mais je vous assure que 15h les genoux dans le nez, les pieds sur des sacs d'ail (ou d'oignon, le doute subsiste encore), et un gars dans un hamac posté dans l'allée centrale du bus, ca restera un sacré souvenir (en plus de la rencontre avec nos 2 amies Slovenes) ...

Le premier contact avec ce grand pays (86 Millions d'habitants) nous laisse un petit gout amer : on se stoppe a 1h30 dans un bar- restaurant-sandwicherie-toilettes publiques-etc. Sans plus d'explications, on en repartira 5h plus tard, et une legère sieste a peine réparatrice. En fait, on était a la frontière, et on attendait qu'elle ouvre. Bon, certains pourraient se demander pourquoi nous arrivons 5h avant l'ouverture, et nous ne manquerons pas de répondre à cette très bonne question, dès que nous aurons la réponse... Puis, on nous prend nos passeports (seul veritable objet qui a plus de valeur que nos appareils photos ...) et 3 dollars, sans nous expliquer pourquoi (on se sera bien battu pourtant, mais une porte de prison est plus communicative et plus agréable qu'un chauffeur de bus Vietnamien). Puis vient l'attente ... Ou sont nos passeports ? Sont-ils dans le bureau des douanes, pour l'apposition du précieux tampon de sortie du Laos, ou bien sont-ils déja vendus à la mafia locale ? La réponse, heureuse, arrivera une bonne demie-heure plus tard, par l'intermédiaire d'une nana que nous voyons pour la première fois et qui a nos passeports tout tamponnés dans la main. Le plus fort, c'est que cette nana ne semble pas travailler ici...

Puis, on repart pour 3 heures de bus, ponctuées par des déchargements de sacs d'ails (ou d'oignons?) au milieu de nul part, pour finalement etre débarqué, quasiment manu-militari par notre ami le chauffeur de bus, sur le bord de la route, en prétextant que nous sommes arrivé a HUE. Bon, clarifions un peu tout ca: nous sommes a 17 km de HUE, sur le bord d'une route, et assailli d'une horde sauvage de taxi-moto sortie de nul part, qui veulent nous emmener à HUE pour un prix exhorbitant. Les taxis-motos nous suivent de partout et semblent faire pression sur les quelques personnes qui auraient été pretes à nous emmener. Nous finirons pas arreter un bus qui nous emmènera a HUE, apres s'etre débarrassé de nos amis de la mafia des motards (non sans mal ...).

HUE, très belle petite ville, qui fut la capitale du Vietnam en son temps (vous noterez qu'en Francais, on utilise souvent cette dernière expression lorsqu'on a aucune idée de la date exacte), est nettement plus accueillante et nous réconcillie un peu avec ce pays.

La visite de la citadelle est un grand moment de bonheur que nous apprécions à sa juste valeur pendant plus de 2 heures. Le calme et la grandeur du lieu, le faible nombre de touristes, en font une place incontournable. De nombreux batiments ont ete détruits partiellement ou entièrement durant la guerre, dont la fameuse citée interdite (qui porte ce nom car elle etait réservée à l'empereur et à ses femmes, les seuls hommes admis à l'intérieur pour l'entretien etant des eunuques), mais les restes de la citadelle et des palais qu'elle contient sont magnifiques. Ce sera l'occasion pour nous de nous rendre compte que ce pays semble se rapprocher fortement de son voisin, la Chine, tant dans son art, son architecture que dans son écriture. On rentrera meme dans un cours de dessin de l'école des beaux-arts, qui se trouve dans l'enceinte de la citadelle.

Le reste de la journée sera consacrée à une belle ballade en vélo dans les quartiers un peu excentrés, le long d'un calme canal jonché d'habitations flottantes et d'enfants ayant une forte envie de visiter les poches de PYM! Cette journée en velo a été pour nous l'occasion de re-découvrir ce mode de transport, et de s'habituer au code de la route local. Le vélo s'avere etre le moyen de locomotion le plus utilisé ici, pour les personnes de 7 a 77 ans, mais nous croiserons également des fleurs, des orangers, des meubles, des canapés qui semblent faire leur promenades en vélo, a moins qu'il y ait une personne en dessous???

Le deuxième jour sera plus paisible avec visite du marché couvert et ses magnifiques étalages de bonbons et autres paquets gourmands destinés à la fete du TET (le 17 Février). La ville semble se preparer activement pour cette grande fete du nouvel an.

On gardera un très bon souvenir de cette ville qui est assez agréable à parcourir malgré la circulation cycliste assez forte.

HANOI & Nord du VIETNAM - le 13 Fevrier 17h18

A la vue du bus qui passe nous prendre directement devant notre guest house (s'il vous plait!), on pensait bien passer, enfin, un voyage tranquille. Et bien, ce n'est pas encore pour cette fois-ci, pourtant on y a cru très fort: pas d'aulx, pas de mamies ou papis collants, des vrais sièges, pas de poulets ni cochons, personne dans la rangée du milieu. Mais c'était sans compter sur la folie démoniaque de notre chauffeur (devrais-je dire pilote non?), qui à cause de son strabisme divergent avait une facheuse habitude de rouler sur la voie de gauche avec le coude coincé sur le klaxon. Autant dire que la nuit fut de nouveau courte (on appellera ca les 14h du Vietnam), avec une bonne pause d'une heure et demie pour reparer le radiateur qui fuyait.

Le gang des motards nous attendait comme prévu à la descente du bus, mais en vieux routards que nous sommes, nous ne tombèrent pas dans le panneau. Un petit saut de puce en taxi-meter pour rejoindre le centre et notre hote Hanoissien, le dénommé Fabrice, qui travaille pour le centre culturel Francais ("L'Espace"). On a la chance d'etre hébergé dans le centre ville, pret du vieux quartier dans un joli petit appartement décoré de boudhas et autres statues typiques des années 50 Vietnamiennes.

La capitale est super bruyante, le calme des vélos de HUE est remplacé ici par des milliers de mobilettes qui klaxonnent en continu. Nos oreilles européennes ne sont pas habituées à tant de vacarmes et il nous faudra surtout plusieurs jours pour comprendre qu'il ne faut pas réfléchir avant de traverser et surtout considérer qu'un coup de klaxon n'est pas une agression mais plus une marque de politesse, ou meme simplement une information (attention, je vais bientot passer pas très loin de toi, je passe à coté de toi, je suis passé à coté de toi, merci et au revoir...)

La vieille ville est très animée toute la journée, entre les centaines d'agences de tourisme (qui proposent des trecks pour la région de SAPA et pour la baie d'Along), les confections d'habits, les restaurants de rues, les vendeurs de confiseries, et les boutiques de souvenirs. En s'écartant un peu il est confortable de trouver plus de calme, des restaurants locaux sympatiques et surtout des Vietnamiens souriants et acceuillants. La ballade, avec des amoureux, au bord du grand lac Ho Tay a l'ouest  de la ville (Ho Tay signifiant tout simplement lac de l'ouest...) est à conseiller (la ville compte 17 lacs).

Le lendemain, nous partons dans le nord du pays è la decouverte des ethnies minoritaires. Cette fois-ci, nous optons pour le train de nuit de Hanoi a Locai, sur siège "mou" (il y a 4 catégories dans les trains: siège dur en bois, siège mou, couchette dure et couchette molle). Nous arrivons a dormir un peu et nous sommes acceuilli par notre guide qui va nous faire decouvrir le grand marché du dimanche, ou les femmes des diverses minorités ethniques viennent y vendre et y acheter de l'artisanat, de la nourriture, et tous ce qui peut se vendre et s'acheter. On y trouvera entre autre des pièges a renard, des bottes en caoutchouc, toutes sortent d'animaux morts ou vivants pour manger : cochons, poissons et autres mollusques, chiens (ce n'est donc pas une légende...), poules, etc... Le marche est assez énorme est on y croise très peu de touristes (principalement à cause de l'heure matinale...). Apres le déjeuner, les cars de touristes commencent à affluer, et il est temps pour nous de partir en treck en direction d'un village d'une minorité Tay ou nous passerons la nuit. Bon, le village n'est en fait qu'é quelques km du marche, et le treck tourne court, mais ca sera l'occasion de laisser nos sacs chez nos hotes et de visiter la region. Le repas du soir sera l'occasion d'echanger un peu sur la culture locale, et de gouter, a la grande joie du chef de la maison, l'alcool de mais. C'est bon, et comme vous vous en doutez, c'est du costaud... Il met d'ailleurs un point d'honneur à tomber la bouteille (une petite...), et après le peu de sommeil que nous avons eu la nuit passée, nous devrions bien dormir ce soir.

Apres une longue nuit bien meritée, nous attaquons la journée avec la traditionnelle soupe "oeuf/ noodle", puis on part pour quelques heures de marches dans différents villages de la région. On passera par des villages Tay, Flower Hmongs, Nah qui vivent dans une région magnifique avec les champs en escaliers de toutes de couleurs ...

Pour rentrer sur HANOI, nous reprenons le train de nuit, mais en sièges durs cette fois-ci. C'est aussi dans cette catégorie que la plupart des locaux voyagent, et c'est l'occasion pour nous de confirmer ce qu'on avait déja vu auparavent: les Vietnamiens (et les asiatiques de facon plus globale) n'ont pas le meme concept d'intimité que nous occidentaux. Pour dormir, les personnes se montent litérallement dessus, s'enjambent, se chevauchent, s'appuient les uns sur les autres, déplacent les jambes bras tete et tout se qui peut gener chez une personne qui s'étale pour s'installer à la place. Il y a meme un un gars qui à poussé les jambes de PYM (alors qu'à mon sens, elles étaient à leur place, c'est à dire les pieds par terre, et lui assis sur son siège, bien sagement) pour pouvoir s'allonger à la place, par terre sous son siège !!!

On arrivera finalement a 4h du matin sur HANOI, un peu fatigué, mais content d'avoir vécu cette expérience (meme si on est content qu'elle soit terminée). A cette heure là, certains pourraient croire que la ville dort. Bon, c'est vrai que ca ne vaut pas la journée quand meme, mais on a été très surpris de l'activité qui y regne, surtout autour du lac Ho Hoan Kiem, proche de la vieille ville. Beaucoup de sont deja levés et font leur exercice, principalement les personnes agées d'ailleurs. Au programme, course ou marché, mais aussi tractions, abdominaux, pompes, et meme certains qui jouent deja au badmington... Ils ont vraiment la peche. devant un tel spectacle et telle débauche d'énergie, nous avons juste eu le courage de nous poser sur les bancs et de s'endormir en attendant 8h pour aller prendre un petit-dej grassouillet, et retourner a l'appart de Fabrice pour commencer (enfin!) notre nuit.

MAI CHAU - HANOI - le 16 Fevrier 2007 15h43

Après notre sieste réparatrice du 13/02, nous nous sommes tranquillement occupé de la location de mobilettes pour notre virée à Mai Chau, 135 km au Sud-Ouest d'Hanoi. Puis le soir, dodo toujours à l'appart de Fabrice.

Le lendemain, le 14/02, le réveil aurait du sonner à 7h30 mais c'était sans compter sur la facheuse habitude qu'à Fabrice de mettre le réveil de son portable sur mode vibreur, bon pour nous c'est sans grande conséquence, mais ca à juste obligé Fabrice à aller bosser avec une chemise non repassée ... Donc depart à 9h pour prendre les mobilettes, passage à l'Ambassade du Cambodge pour récuperer nos passeports et les visas, puis nous voilà lancés dans la jungle urbaine d'Hanoi : klaxon et chacun pour soi de rigueur. Les 30 premiers kilometres étaient dignes d'un jeu vidéo, à slalomer entre les files de vélos, mobilettes, voitures, camions et autres engins roulants.

Plus on s'éloignait d'Hanoi, plus la foule se dissipait, et plus les paysages devenaient chaotiques: les collines ou pics semblaient surgir des rizières tels les marmottes sortant de leur trou ... mouais, c'est juste pour donner une idée.

Arrivée à Mai Chau, ville sans grand intéret, le long de la route, nous nous dirigeons vers un petit village au bord des nombreuses rizières de la vallée, habité par l'ethnie des Thais blancs, ou il est possible de passer la nuit chez une famille. Vu le peu de touristes, nous avons l'embarras du choix et nous sommes donc accueillis par une femme d'une soixantaine d'années, aux dents rougies par les feuilles qu'elle mache à longueur de journée. Elle vit ici, avec ses filles et ses petites filles, la maison est en bois et les fondations en ciment, et un escalier en bois, mais on y reviendra. Nous passerons la nuit dans une grande pièce ou nos 3 paillasses roses sont amoureusements alignées. Le repas est succulent : nems, riz, omelettes, saucisses enroulées dans une feuille et bananes, et bien sur un petit verre d'alcool de riz. Notre première averse, depuis notre départ, et son petit orage, nous accompagneront une petite partie de la nuit, question d'appaiser la moiteur ambiante.

Réveil à 7h30, petit déjeuner: omelette, pain, vache qui rit (si,si) et nous voila sur le point de partir pour une ballade improvisée dans les alentours ... CRAAAAAAAK, et voilà Sylvain, ancien rat de l'opéra de Lyon, vautré dans l'escalier en bois, dévalant les 5 marches sur le dos, brisant au passage une des planches tel un karateka brisant un tas de brique à la force de son bras. Notre hote, toute confuse, se précipite pour passer, sur les nombreuses contusions qui rougissent le corps meurtri de notre Remi Julienne à nous, le fameux "baume du tigre", et aussi en profiter pour lui masser le dos, avec l'aide de sa fille, un fantasme enfin réalisé...

 Une fois rétabli, nous partons pour une ballade dans les rizières et la foret avoisinante, nous croisons quelques locaux, portant du bois, ou allant chercher des feuilles pour les vaches, bien surpris de nous voir là, puis en traversant un village de 3 cahutes, un vieil homme fumant son tabac à la fenetre, nous invite à prendre le thé dans son humble demeure, ou il semble vivre avec son chaton. Nous acceptons l'invitation et passons 20mn avec lui, à communiquer comme on peut, et par la meme occasion nous faire confirmer le chemin de retour.

Après trois bonnes heures de marche, nous voila revenus au village ou la planche de l'escalier a été changée (le SAV est tres performant), prets à enfourcher nos montures d'acier. Ces 2 jours passés ici ont vraiment été apaisant, et la preuve qu'on peut faire des choses intéressantes sans passer par le traditionel cercle des voyages organisés, il suffit juste d'avoir un peu de temps devant soi...

Le retour (15/02/07) se fera à une moyenne raisonable, le brouillard sera meme de la partie, juste question de nous rappeler qu'on ne peut pas avoir du ciel bleu tout le temps. Vers 16h, nous voila replongé dans la folie d'Hanoi, à 2 jours du TET (nouvel an vietnamien), l'agitation se fait grandissante, les gens se préparent à cette fete familiale. En discutant avec différentes personnes dont nous tairons les noms par soucis de sécurité, nous apprenons que le lendemain du TET, le 17/02, soit le 1er jour de l'année Vietnamienne, sera ferié, ce qui nous arrange pas pour notre virée à la Baie d'Halong, et notre planning serré, on prend donc la décision d'assurer le coup et de passer par une agence pour un tour comprenant la Baie d'Halong, une nuit sur un bateau, l'Ile de Cat Ba, pour 3 jours...Départ demain matin.

BAIE D'HALONG - le 19 Fevrier 18h53

Si au moins il y a un avantage de voyager pendant la fete du TET, c'est que les agences de voyage ne font pas beaucoup de forcing pour vendre des tours vu que tout est fermé (ce n'est pas une légende, loin de là). On se retrouve par un petit crachin matinal a prendre un minibus direction HALONG CITY pour 3 heures de voyage sur des routes désertes. Ces 3 heures sont plus que bienvenues vu notre état de fatigue suite à la fete du TET de hier soir. On a commencé par un petit tour dans un bar qui sert du RICARD à la louche, à faire vomir un pilier de comptoir. On est accompagné de Francois qui travaille avec le Vietnam pour l'import de cartes postales, de notre cher Fabrice et de Thuy par qui nous avons réservé le tour, un homme fort agréable et très bon commercant. Le principe de la fete du TET a HANOI est visiblement le suivant : on va tous autour du lac principal avec ses amis, on fait des tours jusqu'à trouver une bonne place ou sqatter tout en regardant les spectacles sur les podiums et on attend le feu d'artifice tiré traditionnellement à minuit.

Autant dire que l'on avait l'air de 5 paumés à chercher des bières desespèrement pour rentrer dans la folie de l'année du cochon. Au détour d'un podium, dans un anglais qui laisserait Shakespeare de marbre, Francois aborde 2 charmantes Francaises (Flo' et Maud) qui resteront avec nous pour les 3 jours à suivre (on ne leur a pas laissé le choix, c'était ca ou ... rien). On assiste au célèbre feu qui enflamme (enfin devrais-je dire) la foule Vietnamienne pendant au moins 15 minutes, avant que tout le monde ne s'éparpille sans meme se souhaiter une bonne année (Chuc Mung Nam Moy) ni se bisouiller la joue : quelle tristesse ce jour de l'an!!! Heureusement, en bons voisins, on est invité par la famille jouxtant l'appartement de Fabrice. Ils vivent à 8 (3 générations) dans un petit appartement dont la plus grande fierté du fils est l'écran LCD flambant neuf passant des DVDs de ABBA en boucle et l'autel de Boudha ou s'accumulent les offrandes (bières, paquets de cigarettes, fleurs, alcool, ...). Quelle chance d'avoir été invité par cette famille, on rigole de bons moments et tout le monde sent que l'année va etre des plus prolifiques (autant dire que pour nous il n'y avait aucun doute). On finira la soirée entre Francais chez Fabrice, avant de tenter de trouver un karaoké sans succès vers les 4h du matin.

Revenons à nos moutons, ou plutot nos buffalos. L'arrivée sur HALONG City est comme prévue : des bus de touristes, des centaines de bateaux, et comme d'habitude au Vietnam, un gros bordel sans nom. On finit par embarquer avec un groupe d'une petite trentaine de personnes dont nos 2 amies. On commencera par un déjeuner face à nos premiers cailloux de la baie. Le temps est grisatre mais on a tout de meme une bonne visibilité et le nombre de bateaux est quasi-nul, ce qui étonnera ceux qui connaissent ce site magique. On passe la journée à naviguer, couchés sur des transats, le nez dans le vent, entre les rochers tous plus beaux les uns que les autres. La viste d'une cave (qui connait la différence entre une cave et une grotte?) récemment découverte et aménagée pour rendre la visite plus agréable, nous permettra de nous dégourdir les jambes. Et c'est reparti pour 3h de ballade entre rochers, pics, monticules, péninsules, cirques, tout cela sur une eau émeraude et surtout seul au monde. On débarque la moitié du navire sur l'ile de CAT BA avant de partir jeter l'encre en pleine nuit à quelques miles du port. Quel enchantement de se réveiller en pleine baie dans un calme absolu avec un léger rayon de soleil qui malheureusement ne restera pas. On rejoint le port en traversant les villages flottants de pecheurs avant d'attaquer LE Treck de la semaine.

L'ile a un parc naturel que nous déciderons de parcourir pendant 3h en troupeau de 35 personnes avec un guide. La montée est sacrément rude sur ces pierres tranchantes et glissantes, à travers une foret dense et une humidité à tuer les moustiques. L'arrivée au point culminant nous permettra de voir des rapaces, une superbe vue sur la baie et les forets. La redescente sera beaucoup plus paisible pour tous. L'après-midi sera consacrée à une ballade en kayak de la baie, un moment des plus calmes que l'on puisse imaginer, seul au ras de l'eau à froler les rochers, explorer des caves et autres cirques non accessibles avec une embarcation classique. Les pecheurs qui louent les kayak nous offriront meme le thé avec eux, en mangeant un petit gateau, le tout sur leurs installations flottantes (il faut slalomer entre les crottes de chien, mais bon, ca a son charme tout de meme). La soirée est tranquille, petite ballade sur la croisette de CAT BA City. Le lendemain, retour en sillonant la baie, avant de finir le périple tant bien que mal (on nous a totalement abandonné au moment du débarquement, personne pour nous ramener sur la capitale, merci à Thuy pour son aide précieuse). Dernière soirée dans le calme d'un Hanoi en période de TET, on quitte nos regrettées Flo' et Maud en larmes, c'est la dure loi des backpackers ...

HO CHI MINH VILLE - le 22 Fevrier a 19h00
"Le commandant de bord et son équipage vous souhaite la bienvenue à Ho Chi Minh Ville, la température exterieure est de 35 degres C, il est actuellement 12h"...Ah quel bonheur d'entendre la douce voie d'une hotesse de l'air apres un trajet sans soucis, sans sac de riz dans l'allee, sans avoir à batailler pour garder l'integralite de son siege...

Nous voila donc à HCMV, pour les intimes, dans le quartier des "routards", ouais enfin c'est juste un quartier ou les guesthouses sont moins cheres, et ou on peut tout trouver sous le coude: agences de voyages, laveries, restaurants...Comme d'habitude, notre petit rituel reprend le dessus, on pose nos sacs dans la guest, et on mange...Puis on commence notre ballade initiatique dans la ville, toujours en raison du Tet, la ville semble beaucoup plus calme qu'on nous l'avait dit, pas trop de mobilettes, mais HCMV fait plus capitale qu'Hanoi, elle semble plus riche culturellement, plus diversifiée architecturellement, et plus riche en général...

Notre visite nous amène à la cathédrale, oui, oui, ou le kitsh cotoie le sacré: quelle surprise de voir au-dessus de la Vierge Marie une auréole en néon bleuté...Puis la Poste, vestige de la présence francaise, avec des aires de hall de gares parisiennes, surplomblée du portrait d'Oncle Ho (Ho Chi Minh).

Les autres visites seront consacrées au palais de la réunification (entre le Vietnam Sud et le Nord, à la fin de la guerre du Vietnam), peu d'interets, ou peut etre a faire avec un guide, car c'est une succession de salles de conference, de bureau presidentiel, la visite a été expediée en 5mn, juste le temps de se rendre compte qu'Ikea n'existait pas à cette époque. Puis direction un parc ou avait lieu une sorte d'exposition florale, ou les bonzais cotoyaient les plus belles compositions florales, comme un cochon geant...

Enfin vint la visite bouleversante...Le Musée de la guerre, ou sont exposées les photos les plus trashs de la guerre, et des dégats sur la population (gaz orange, fut de pesticide largués depuis les avions americains, mines et autres "délires sans-nom",...). A voir, mais il faut avoir le coeur bien accroché, il y a meme des foetus difformes dans du formol...Etait ce vraiment bien utile?

Apres cela, nous errons dans la ville, un peu sonnés, puis regagnons notre quartier et achetons les billets de bus pour Phom Penh...

 VIETNAM : ON T'AIME, ON T'AIME PAS, mais quand meme on t'aime :

On aime:

- Fabrice et son appartement
- Feter le TET
- La baie d'Along
- Hue et sa capitale
- Musee de la guerre de Ho Chi Min Ville (ames sensibles s'abstenir...)
- L'experience du train de nuit en categorie 4 (siege dur)

Retrouver la "Vache qui rit" de notre enfance
- Les Nems

- Bac Ha et son marche

On n'aime pas:

- Les klaxon, et la circulation en general (surtout à Hanoi)
- risquer sa vie a chaque traverser d'une rue a Hanoi
- les gangs de motards a la descente des bus
- l'attitude plus qu'antipathique des commercants


Previous page: Laos
Next page: Cambodge