Imprimer cette page

Cambodge

PHNOM PENH - le 25 Février à 20h53

Phnom Penh nous tend les bras après plus de 7h de bus, dont 1 h de passage de frontière, et le tout dans un bus VIP, avec un stewart, un petit sandwich pour midi, et bien sur le traditionel petit sac à vomi...Autant dire que devant tout ce luxe deployé, aucune anecdote n'est à relater sur le voyage.

Nous choisissons une guest-house dans le coin des "routards", au bord du lac, les guest sur pilotis, avec terrasses sur le lac vert, car flottent à la surface des plantes (beh oui), jouent toutes de la plus grande originalité pour appater le client, ca se joue surtout à coup de marijuana, de films americains, de subwoofer. Pour l'instant c'est encore vivable et agréable, mais dans 2-3 ans ca deviendra peut etre la nouvelle place ou il faudra ballader ses dreadlocks...Vers 15h nous attaquons la traditionelle visite-repas: les quartiers à touristes (croisettes), avec les restos ou tout se paye en dollars et les quartiers populaires ou le goudron est défoncé, et les poubelles dans le caniveau.

L'atmosphère est totallement différente du Vietnam, les gens sont plus souriants, moins agressifs dans les negociations, tout est plus relax.

Le 23 Février, tout bascule dans l'horreur, l'incompréhension, la terreur, mais que se passe-t-il? Les zozos sont maintenant 4, enfin 5, pardon pour la mascotte, et ce, pour tout le Cambodge...Mumu, jeune fille chocolatée et croquée  par Sylvain nous a rejoins..."Bonjour Mumu" dit la foule enchantée.Et quel bonheur, le lendemain matin, de trouver sa bouteille de Yop et sa brioche au chocolat devant la porte de la chambre, et que dire des retrouvailles avec le jeu des cochons (affaire à suivre...)

Donc, Phom Penh...Capitale du Cambodge, ville fort agréable, au demeurant, peuplée de cambodgiens fort sympathiques, ou les Dollars cotoient les Riels. Et ou il y a seulement 30 ans, un des plus grands genocides a été perpétré par les Kmers rouges et Pol Pot, ce qui fait du Cambodge un pays jeune en pleine reconstruction physique et morale, ou plusieurs générations sont encore touchées, notamment les personnages agées. Pour avoir une idée des atrocités subies par les opposants et les traitres à Polpot, il suffit de se rendre au musée memorial S-21: ancienne prison et lieu de tortures des Kmers rouges...

Sinon, pour une autre ambiance, plus kitsh et plus luxueuse, nous vous proposons la visite du palais royal et de la pagode d'argent qui peut se ponctuer d'un petit Cornetto, afin d'apaiser les 35 degres C qui s'abattent sur nos tetes ruisselantes.

SIEM-REAP et les temples d'ANGKOR - le 28 Fevrier à 20h34

Angkor la belle, Angkor la douce, Angkor la charmeuse, Angkor la magnifique, Angkor la majestueuse, Angkor la divine, Angkor la grande, Angkor et pour toujours ... Tous les mots du monde ne suffiraient pas à décrire cette citée impériale qui a su traverser les siècles tout en gardant cette puissance.

Pour decouvrir la cite d'Angkor, nous opterons pour le velo... electrique (faut pas pousser quand meme...). Et puis meme qu'on c'est dit qu'un site comme celui la meritait bien qu'on se leve assez tot pour profiter des premiers rayons du soleil sur les temples (bon, ca c'est pas francais du tout je sais..., mais la France est loin pour nous... un peu d'indulgence quand meme). Donc, plein de courage, nous nous levons a 4h du matin, et partons sur nos fiers destrilles des 5h. Bon, des les premiers km, nous nous apercevons que si le velo est effectivement electrique, il n'en reste pas moins un velo, et plus la baterie se vide, plus les pedales reprennent leurs droits... surtout lorsque la batterie n'etait pas pleine au depart.

Arrives sur Angkor WAT, le premier et surement le plus majestueux et le mieux conserve de tous les temples du site, il semble que nous ne soyons pas les seuls a avoir eu cette folle idee d'avancer notre reveil ce matin. Nous pouvons apercevoir un defile ininterrompu de tuk-tuks et de bus qui deversent tous leurs flots de touristes. On reprendra donc les velos pour faire les 3 km qui nous separent de Angkor Thom et du temple du Bayon ou nous ne serons finalement que 7 pour le lever du soleil. Ils sont pas tres malins les touristes de bon matin (Gnarf Gnarf). Il faut vous dire aussi que nous devons avoir choisi le seul jour nuageux de la semaine, ce qui implique donc, comme certains l'auront surement deja compris, que si le soleil s'est effectivement leve (ca, nous n'en doutons absolument pas), son effet sur les couleurs et sur la lumiere sur le temple s'en est trouve fortement amoindrie. Il n'en reste pas moins que ce temple, un temple montagne car il se refere a la montagne Meru, est tout bonnement magnifique. Construit sur 3 "etages" et possedant 256 tetes faites a l'effigie du roi  qui a fait construire le temple (Jayavarman VII), il n'y a pas un endroit a l'interieur des murs ou nous ne nous sentons pas observer par une des tetes du roi, qui devait surement etre un peu Megalo quand meme. Les historiens semblent dire que c'etait pour lui une facon de toujours voir son royaume, et surtout de montrer a son peuple qu'ils etaient toujours observes.

Ce qui nous impressionne le plus dans ce temple, comme dans beaucoup d'autres par la suite, c'est bien sur la taille du temple, mais surtout le niveau de finitions et de details que les sculpteurs (on pourrait dire artistes a ce niveau...) ont apportes a l'oeuvre. il semble difficile de trouver des parties du temple ou il n'y a pas une sculpture. Les bas-reliefs sont particulierment soignes, et montrent tour a tour des scenes de la vie courante, des scenes de batailles (remportees par le roi bien sur), et meme des scenes de la construction du temple. Bon, n'etant pas tout fait des historiens nous meme, nous allons laisser le soin a des professionnels de parler de ces merveilleux temples et nous vous invitons a vous rendre sur le site TheAngkorGuide pour plus de details (oups, c'est en anglais... aller, un petit effort, vous ne le regretterez pas).

Notre periple sur la grande boucle (et sans caravane celle la), nous emmene par la suite vers le temple Baphon, toujours au sein de Angkor Thom. Ce temple est en cours de restauration depuis les annees 60, et la premiere etape de cette restauration a ete de numeroter tres soigneusement toutes les pierres avant de les etaler sur le parvis pour les restaurer. Les tragiques evenements qu'a connut le pays durant la triste periode des kmers rouges a egalement ete a l'origine de la destruction des plans du temple, laissant ce dernier avec ses innombrables pierres sculptees posees a meme le sol comme le plus grand puzzle de l'histoire. Aussi, si on devine que ce temple etait une des merveilles d'Angkor, avec son bouddha couche servant de base a l'edifice, ce n'est aujourd'hui guere plus qu'un amat de pierre et une gigantesque entreprise de reconstruction (les amateurs de Lego apprecieront).

Nous passons par la suite devant la terrasse aux elephants, gigantesque terrasse d'ou le roi rassemblait son peuple pour les celebrations et autres ceremonies. A voir la taille de la place qui se trouve devant la terrasse d'ou le roi faisait ses allocutions, ca devait etre quelques chose. Le nom vient des ornements de la terrasse, qui comme vous vous en doutez surement, est truchee de sculptures guerrieres ou les elephants sont a l'honneur...

Notre periple cycliste nous emmene par la suite vers le temple vers le temple de Ta Phrom, decouvert il y a a peine quelques annees au milieu de la jungle qui l'avait entierement envahi. L'ecole Francaise d'Extreme Orient qui a rehabilite le site (cocorico!!!), a laisse une partie de la vegetation dans le temple, tant pour montrer au moins site dans son etat "naturel", que pour ne pas risquer de faire plus de degats en retirant les enormes arbres seculaires qui tenaient les murs... C'est ainsi que, a l'oree d'un bois, nous decouvrons un temple immense, encore a moitie enseveli sous de gigantesques arbres. Nous nous sentons un peu comme des Indiana Jones dans la derniere croisade... Le temple a beaucoup souffert des ravages du temps, et de nombreux murs sont tombes (il faut voir la taille des pierres !!!). L'omni-presence de la vegetation qui recouvre une parti des murs encore debout ajoute a l'atmosphere pessante que ce temple degage. Pour la petite histoire (et peut etre pour un camenbert Trivial Poursuit...), ce temple a egalement servi de decors pour le film Tomb Rider avec la tres belle Angelina Jolie. Et dire qu'on aurait pu la croiser dans ce lieu extraordinaire... Argh!

Et enfin, pour terminer une journee pleine de tant de merveilles, comment ne pas admirer le coucher de soleil sur Angkor Wat. Bon, comme le matin, nous ne sommes pas les seuls dans ce temple, et il faut jouer un peu des coudes, et de beaucoup de finesse (c'est notre specialite) pour pouvoir prendre quelques photos sans avoir un pequin dessus. Le site n'en reste pas moins extraordinaire. il a la particuliarite d'etre le seul temple du site a etre oriente plein Ouest, alors que tous les autres sont orientes plein Est. Si certaines personnes bien pensantes ont affirmees dans un premier temps que c'etait pour des raisons purement pratiques (arrivage des pierres par bateau, erreur de l'architecte qui avait un serieux strabisme divergent, etc...), d'autres personnes, tout aussi bien pensantes d'ailleurs, ont affirmees que cette orientation pour le moins originale etait due a l'utilisation meme du temple. C'est en effet un temple funeraire, qui renfermerait les cendres du tres venerable Suryavarman II  (le bon roi de l'epoque). Ainsi, L'ouest represente la fin de la vie, alors que l"est represente de commencement. CQFD !

 Bon, maintenant que l'on sait que c'est un temple funeraire, on comprend mieux que les marches vers le temple interieur soient si abruptes, arguant que ceux qui veulent "monter vers le ciel" doivent le meriter! C'est neanmoins le meilleur coin pour contempler le coucher de soleil sur tout le site, et vu l'effort a fournir pour y arriver, il n'y a pas tant de monde que ca en haut.

Le lendemain, nous abandonnerons nos velos electriques (qui n'avait au final d'electrique guere que le nom), et optons pour un moyen de locomotion plus paisible: le tuk-tuk! L'objectif du jour est ambitieux, aller voir deux sites eloignes de plusieurs dizaines de km, et accessibles uniquement via une piste en sable. A quatre dans le tuk-tuk, et apres avoir negocier le prix de la journee avec notre chauffeur, nous voila parti a la conquete des plus recules des temples. A peine franchi le panneau de sortie de la ville que nous apprehendons deja la fin de notre voyage:notre tuk-tuk se fait arrete par la brigade mobile, ou plus exactement, un troupeau d'une bonne dizaine de policiers qui semblaient a peine sortie de boite de nuit. Nous sommes en infraction parait-il: Notre moyen de locomotion ne serait pas en accord avec la reglementation en vigeur dans le secteur pour le transport de 4 personnes ?!?. Heureusement, notre chauffeur paye une amende de quelques dollars, telephone a son frere qui connait quelqu'un dont le cousin aurait travailler avec une grand mere qui aurait receuilli un jeune dans la rue qui serait devenu policier par la suite, et tout s'arrange en quelques minutes pour que nous puissions reprendre notre chemin. Il faudra 3 bonnes heures pour atteindre le temple le plus recule, apres avoir franchi quelques pont a pied, autant par peur que le pont ne s'eccroule sous notre passage que pour faciliter la tache a notre chauffeur qui galere dans le sable.

SIHANOUKVILLE - le 07 Mars a 20h

Le 28 fevrier, depart pour le Sud du Cambodge, vers les plages, nos premieres depuis plus de 2 mois...Nous prenons l'option:bateau jusqu'a Battabang, puis bus jusqu'a Sihanoukville, en passant par Phnom Penh.Comme on s'en doutait le bateau correspond pas vraiment a la photo de l'agence, surement un probleme d'angle de prise de vue...Quelques planches de bois, une helice qui aurait fait un bon ventilo de bureau, et un bon vieux moteur diesel puant et fumant. Peu de locaux a bord et nous devons etre une trentaine a bord, la traversee du lac se fait sans probleme pendant 3 heures, puis nous remontons le bras de la riviere jusqu'a Battabang. Les paysages deviennent plus interessants, defilent devant nous la vegetation, sorte de mangrove, les villages flottants et les pecheurs. Plus on remonte et plus les manoeuvres se font delicates du fait de l'etroitesse de la riviere et surtout du peu de profondeur. Depuis ce matin, nous en sommes a plus de 6h30 de navigation, et d'un coup le bateau s'arrete au milieu de nulle part, on nous demande de descendre avec nos sacs, puis derriere les buissons apparait un chemin defonce et 2 pick-up, dans lesquels on nous demande de grimper. Seulement 2 pick-up pour 30 personnes, les sacs et l'equipage, nous voila donc comprimes a l'arriere, sans moyens de s'accrocher et ce pour combien de temps. A chaques ornieres, trous ou bosses on manque de basculer en arriere, sans parler des branches le long du chemin qui viennent nous fouetter le dos. Les 15 premieres minutes sont amusantes, l'heure 3/4 suivante, juste un peu moins, l'effet de surprise etant passe. Arrives a Battabang, poussiereux, sanguinolants, meurtris...Bon ok, juste poussiereux et content d'arriver, nous trouvons un hotel, puis reservons le billet de bus pour le lendemain,a 7h...Encore une grande nuit qui s'annonce...

Le 01 Mars, on part donc pour Sihanoukville via Phnom Penh, rien a signaler, comme quoi ca peut aussi tres bien se passer.Arrives a 18h, on s'installe dans une guest house au bord de la plage, tant qu'a faire, puis on se pose dans un des restaurants sur la plage, il fait nuit, mais une impression de vacances plane, peut etre le fait de changer d'ambiance ou de manger un barbecue de poissons frais pour certains et de poulets pour un autre...Et dans cette ambiance sereine et detendue, berces par le bruit des vagues, un nouveau drame vient nous frapper de pleins fouet... Le jeu des cochons, gentiment rapporte de France par Mumu pour remplacer celui perdu, a encore disparu, surement a Phnom Penh...La malediction des cochons nous poursuit, pourquoi n'avons nous pas le droit a nos bajoues enflammes?Pourquoi le Dieu des cochons nous persecute t-il ainsi?Ils doivent etre heureux a Phnom Penh au bord du Green Lake, fumant un joint de Marijuana, devant un bon blockbuster americain...Pour nous, nos soirees se passeront maintenant autour d'un Jungle Speed (www.vuarchex.club.fr/) .

 Le lendemain, reveil tranquille vers 11h, petit dejeuner sur les transat de la plage, quelques
enfants viennent nous proposer des colliers, bracelets, des femmes vendent des fruits, fruits de
mer, massage, manucure. La plage est une langue de 6-7 metres de large, avec des bars et des
restaurants tout le long, il n'y a pas trop de touristes, la haute saison n'a pas encore
commencee.
Notre journee ne s'annonce pas bien violente, on a tous envie de se poser un peu, donc chacun
vaque a ses occupations:baignade, carnet de voyage, lecture, sieste, confection de bracelets,
pleurs des cochons...Et le soir, barbecue sur la plage...
Les deux autres jours seront consacres a la visite des alentours en mobilette: un vrai bonheur,
on peut trouver des plages de sable blanc, desertes, l'eau y est propre et toujours aussi chaude.
Et quel pied de voir le coucher de soleil, allonges dans des hamacs a siroter des milk-shakes...Ca fait carte postale??Beh oui mais c'est pourtant vrai...
Le 05 Mars, Sylvain et Mumu partent pour Phnom Penh, Mumu ayant son avion le lendemain, et oui y'en a qui partent en vacances et d'autres qui font un tour du monde...Merci Mumu, pour ces 10 jours. Pym et Philippe passeront la journee au large d'iles pour faire de la plongee et du snorkeling (masque-tuba-palmes). Le "club de plongee" est tenu par un allemand, accompagne d'une charmante finlandaise et d'un canadien, tout ce qu'il y a de plus banal. La journee est agreable, le spot est bien et tout se deroule dans la bonne humeur.Le lendemain, journee plage, internet, en attendant Sylvain de retour de Phnom Penh.
Le 07 Mars, nous partons pour Bangkok en mini-bus vers 7h30. Le trajet jusqu'a la frontiere se fait, au debut, sur une route goudronnee, puis sur une large piste ou la DDE locale s'affaire a construire une route, les ponts n'etant pas finis, les 4 traversees de rivieres se font par bac, suivant le scenario ci-dessous:
Descente du mini-bus, attente du bac, chargement du mini-bus sur le bac, chargement des passagers sur le bac, traversee, dechargement des passagers du bac, dechargement du mini-bus du bac, et montee dans le mini-bus.
Arrives a la frontiere, le passage se fait sans probleme...oh domage, nan on rigole, c'est bien aussi.Puis nous attendons une bonne heure un nouveau mini-bus.Celui-ci etant bien pourri, la banquette arriere, style rocking-chair, n'aidant pas a la sieste.1h30 plus tard, on nous debarque devant un resto, sans autres explications, un peu habitues a ce traitement on ne s'affole pas et mangeons nos noodles.Enfin un autre mini-bus, flambant neuf, plus a la hauteur de la Thailande, nous depose, 4h plus tard a Kao San Road a Bangkok, il est 20h30, on se pose a la guest house.

 BANGKOK - Le 09 Mars a 22h30 (Oui Bangkok n'est pas au Cambodge, mais c'est juste pour 2 lignes)

Les 08 et 09 Mars seront des journees consacrees aux centres commerciaux et marches de Bangkok,
en attendant notre avion pour Hong Kong, et peut etre aussi pour se preparer a la "furia"
commerciale de HK.

 

CAMBODGE: ON T'AIME, ON T'AIME PAS, mais quand meme on t'aime :

On aime:

- Angkor et tous ses temples magnifiques
- Le sourir et la sympathie des Cambodgiens
- Les plages de Sihanoukville
- Le calme du pays
- Les barbecues de fruits de mer (et autres) sur la plage
- L'idee des velos electriques a Angkor (meme si la realisation est a revoir ...)
S'aventurer dans les terres en mobilette

On n'aime pas:

- Les khmers rouges et Pol Pot
- la fin de la ballade en bateau a Batambang
- Les mines qui ont fait (et font encore ...) tant de victimes


Previous page: Vietnam
Next page: Hong Kong